• C'est le printemps !


    Ça respire de partout.

    Entre soleil et pluie, les bois se remplument, le brun des champs s'habille qui d'un duvet de petites pousses vert tendre, qui d'un tapis jaune moutarde.

    C'est le printemps !

     

    Nos jardins, eux, se métamorphosent sous nos yeux incrédules en forêts vierges de luzerne, trèfle, pissenlits géants et herbes jaillissantes.

    Les forces printanières oeuvrent enfin.
    Mais il faut bien noter qu'à l'écohameau, leur manifestation dépasse toute espérance :

    Jusqu'aux pierres, qui s'y mettent !


    Depuis quelques semaines, elles font des petits, dans tous les coins, sous toutes les formes.

    C'est le printemps ! C'est le printemps ! C'est le printemps !
    en attente stockées au sec sous terrasse séparatives

     

    C'est le printemps ! C'est le printemps ! C'est le printemps !
     en tour de cuve en message à l'univers en base de kiosque végétal

     
    Plus structurel :

    C'est le printemps ! C'est le printemps !
    en hérisson patiemment trié et rassemblé par jean-luc
    à partir d'un tas de gravas interminable
    ... spontanément colonisé par des pommes de terre
    sorties de nulle part mais néanmoins pimpantes...

     

     

    Enigmatique :

    Composition kabbalistique bi-matière.

    Remarquons l'alternance rythmée des petites et grosses pierres, le superbe rendu capitonné, l'attention portée au vivant plantain, souligné d'une myriade de petits cailloux, etc...

     

    C'est le printemps !

     


    1 commentaire
  • On hésite, on hésite.

    Devant la page blanche d'un bout de terre tout fraîchement arraché à son état d'être originel et sans questions, l'esprit humain se torture.

    Parce qu'entre le façonnage systématique au gré de notre vouloir et de nos conceptions, l’irrésistible désir de mettre de l'ordre, ranger, arranger, rationaliser, optimiser, mettre à notre service la formidable intelligence de la nature, et le laisser aller et faire confiance totale aux forces dont nous sommes les enfants, l'aptitude à reculer d'un pas pour faire la place à ce qui nous dépasse, il y a mille options possibles, en fonction de notre regard sur la Vie.

     

    Éloge de l'abandon

    Éloge de l'abandon


    Alors oui, on aurait pu retourner la terre, faire pousser des rangées de poireaux au garde-à-vous sur une terre toute nue toute propre, on aurait pu faire des déserts verts coupés ras sur des ares et des ares, forcer des baies de goji à produire sur l'argile de l'Aunis, ou apprivoiser un pain parasol, ou...


    Mais ces choix sont loin d'être les seuls respectables.

    Certains, par exemple, préfèrent s'abandonner au spectacle des merveilles qui s'effectuent à plein temps sous leurs yeux et sous leurs pieds, quitte à glaner quelques picots aux chaussettes.

    Et pourquoi donc ?
    Parce que le non-agir rapporte gros, pardi !

    Oui, des cadeaux à foison (clic sur les images pour les agrandir)

    Éloge de l'abandon Éloge de l'abandon Éloge de l'abandon
    la camomille au pied du perron un pré qui se fait sa place entre les maisons la vigueur de la mal-aimée picris quand on lui en laisse le loisir
    Éloge de l'abandon Éloge de l'abandon Éloge de l'abandon
     les graminées cheveux au vent,  en bouquet dynamique,  en bordure naturelle

     

    Éloge de l'abandon Éloge de l'abandon Éloge de l'abandon
    la carotte sauvage piste d'atterrissage...  champ de butinage collectif... dortoir très apprécié
    Éloge de l'abandon Éloge de l'abandon Éloge de l'abandon
    la macédoine de fleurettes les petites marguerites et le plantain la belle sauvagitude...

     

    De l'abandon à l'abondance... Même pas un petit pas. Une concordance totale.

    Où est le problème sinon dans nos esprits égarés ?

     


    votre commentaire
  •  

    Envie d'ailleurs ?

    Plongez ! (clic sur l'image impératif !)

    Récré

     

    Avec un peu de chance, vos repères vont lâcher et vous allez entreprendre un fabuleux voyage.

    Ça ne coûte rien, c'est là, l'instant d'un clic sous le doigt de Marie. Surtout, prenez le temps.

    ...

    D'aucuns diront que ce n'est qu'une photo légèrement surexposée. Qu'on aurait pu s'épargner l'article, le blabla, l'envoi dans les boîtes mail, le lire...

    Voui. On aurait pu s'épargner tout ça. Et aussi l'occasion de rejoindre Alice au pays de ses merveilles.

    Question de focus.

     

    Petit bonus pour les avancés qui, au cours de la promenade, se sont interrogés sur la tâche blanche à droite, sous les œillets géants :

    Récré
    il s'agit du chafoin (clic) de l'écohameau, pas très loquace là maintenant

     

     


    votre commentaire
  • Elle est arrivée parmi nous le 20 mars de cette année sur l'écohameau, c'est à dire après tout le monde, et en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire, elle a transformé l'écoquille d'Isabelle, dont elle est locataire,  en un petit paradis zen.

     

    Plus rapide que l'éclair Evelyne est une fille de l'air et de la terre, toujours occupée dehors, enturbannée, bêche, pioche ou brouette à la main, à modeler son environnement à grand renfort de plantes grimpantes et fleuries, de petits chemins suggérés, de délicats brise-vue, sans oublier les potées de toutes sortes, qui se promènent d'un bout à l'autre du jardin, jusqu'à avoir trouvé leur place définitive, ou presque...

     

     

    Aucun de nous ne penserait à s'en plaindre. Ce n'est que bonheur, pour les yeux, pour le coeur.

    Plus rapide que l'éclair Plus rapide que l'éclair Plus rapide que l'éclair
    Plus rapide que l'éclair Plus rapide que l'éclair Plus rapide que l'éclair

    cliquez sur les images, elles vous le rendront au centuple !

     

    Il se pourrait bien, d'ailleurs, qu'Evelyne soit à l'origine, par contamination naturelle, du regain d'activité jardinière nettement visible sur l'écohameau depuis quelques semaines...

     

    Et personne, là non plus, pour s'en plaindre ! Même pas la Câline...

    Plus rapide que l'éclair


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique